Envoyer un ou des documents par e-mail
 
Remplissez le formulaire ci-dessous pour envoyer votre message.
les champs suivis d'un * sont obligatoires.
  1. Le(s) destinataire(s)





  1. Vous:



















* Saisir le code affiché figurant dans l'image ci-dessous  En saisissant ce code, vous nous aidez à empêcher le spam et les enregistrements illégitimes.
Vous pouvez saisir tout le code en minuscules.   

Les informations qui vous concernent sont destinées à RFF.
Conformément à l'article 34 de la loi "Informatique et Libertés" du n 78-17 du 6 janvier 1978.
vous disposez d'un droit d'accés, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
Pour l'exercer, adressez vous à RFF - Direction des Relations Extérieures et de la Communication - Equipe Multimédia - 92, avenue de France 75648 PARIS CEDEX 13
  • imprimer
14/02/2013

L’innovation, au coeur de l’activité de Réseau Ferré de France

Réseau Ferré de France a depuis plusieurs années affiché ses ambitions en matière d’innovation aux cotés des acteurs du ferroviaire. De ce fait, il était tout naturel pour l’entreprise gestionnaire du réseau de lancer « une première » : le « Challenge Innovation Fournisseurs ».

Parce que l’innovation est devenue un enjeu central dans les entreprises, quelle que soit leur taille, l’idée de faire appel aux plus innovantes d’entre elles s’est concrétisée à travers un concours dont l’issue principale serait une aide pour l’homologation ferroviaire, processus qui permet aux entreprises de développer produits et services pour tous les usagers. Trop d’entreprises ignorent encore qu’elles peuvent contribuer à moderniser le réseau et à améliorer les services d’un transport qui se veut de plus en plus écoresponsable, voir à créer de nouveaux usages pour l’infrastructure. Le Challenge Innovation Fournisseur est un bon moyen d’aller au contact de ces nouveaux entrepreneurs, pionniers d’un réseau du futur, dans toutes les régions.

 

Entretien avec Véronique Wallon, Directrice générale adjointe, stratégie et gouvernance.

Pourquoi l’innovation est‐elle au coeur de la stratégie de Réseau Ferré de France ?

RFF a été créé pour gérer la dette historique du ferroviaire et… pour l’innovation. La mission que nous a confiée l’Etat est de moderniser l’infrastructure au profit du transport du plus grand nombre, des entreprises et des territoires. De nouveaux modes de conduite de projets ont été mises en place par Réseau Ferré de France. Des nouveaux modes de collaboration sont nés pour la construction de nombreuses lignes. Les équipes de RFF essaient chaque jour de faire émerger de nouvelles solutions dans un souci économique et de l’environnement, ce qui nécessite une approche ouverte de notre métier de gestionnaire d’infrastructure.

Pour être fournisseur du système ferroviaire, il faut être homologué. N’est‐ce pas un problème pour les PME qui souhaitent travailler avec Réseau Ferré de France ?

Tout en préservant les exigences de qualité et de sécurité propres au ferroviaire, nous cherchons à introduire de la diversité parmi nos fournisseurs. Notre challenge participe à lever les craintes des entreprises, notamment celles des petites et moyennes entreprises qui pensent encore que le marché ferroviaire n’est pas accessible pour elles. Il y a un gisement potentiel de compétences, de savoir‐faire et d’envie d’innover. Les entreprises peuvent franchir cet obstacle.

Quelles sont vos principaux chantiers dans les années qui viennent ?

Le premier chantier est sans aucun doute celui de la performance globale du réseau et de la mise en oeuvre du gestionnaire d’infrastructure unifié. Nous avons d’autres enjeux technologiques, comme celui de la gestion des perturbations ou la modernisation des postes d’aiguillages. Un autre sujet concerne l’écologie du réseau. Il faut que le réseau soit moins bruyant et moins consommateur d’énergie. Il faut aussi que nous renforcions les technologies de l’information pour trouver de nouveaux usages à nos 30 000 km de voies. Nous montons en gamme et nous voulons le faire avec tous les acteurs du ferroviaire et les entreprises françaises.

 

Entretien avec François Pinton, Directeur de la mission Recherche et Innovation.

Est‐il impératif de renforcer le sens de l’innovation dans le ferroviaire ?

Dans nos activités, l’investissement de départ est souvent lourd et s’étale sur des durées pouvant aller jusqu’à trente ans, mais c’est aussi une force car nous pouvons nous projeter dans le futur. En France, historiquement, le ferroviaire s’est construit de manière autonome, comme un élément fort de l’industrialisation. Nous avons aujourd’hui une approche pragmatique et une envie de saisir des opportunités économiques ou technologiques, avec des entreprises qui ne se trouvaient pas initialement dans le scope du ferroviaire et qui pourront être associées au développement du réseau.

Comment associer un marché industriel historique et les PME liés à l’innovation ?

Il faut une démarche volontariste auprès de fournisseurs de deuxième rang, des ETI, des PME, voire des JEI ou de jeunes start‐up. Notre événement, le Challenge Innovation Fournisseurs, illustre parfaitement cette posture. Nous sommes au début d’un processus d’échanges avec le tissu industriel français, mais je tiens à préciser que, tous les jours, RFF reçoit des entreprises qui nous proposent des idées nouvelles. Notre porte est déjà grande ouverte.

Quels domaines d’innovation ciblez‐vous ?

Les sujets sont très variés. Le ferroviaire a cette capacité de se nourrir de technologies issues d’autres secteurs d’activité, qui touchent des domaines aussi bien high‐tech que traditionnels. De petites avancées sur des technologies de base permettent à l’infrastructure de réaliser des progrès substantiels. Il n’y pas de véritables limites, hors le principe de sécurité, nous pouvons travailler les sciences dures mais aussi dans le cadre de disciplines moins techniques, comme l’économie, la sociologie ou le développement durable. Il est possible d’innover avec nous.

contacts  Actualités 2013

actualités