La liaison "Roissy-Picardie" va créer un lien au nord de Roissy entre le réseau à grande vitesse et le réseau classique.

La liaison |_|Roissy-Picardie|_| La liaison \La liaison "Roissy-Picardie"


La liaison Roissy-Picardie est un projet de maillage du réseau ferroviaire qui consiste en la création, dans le Val-d’Oise, au Nord de Roissy, d’une ligne nouvelle de six kilomètres reliant la ligne à grande vitesse d’interconnexion à la ligne classique Amiens-Creil-Paris, associée à des aménagements sur l’axe Paris-Creil et en gare Aéroport Charles-de-Gaulle TGV.

La réalisation du projet permettra la mise en œuvre d’un double service ferroviaire TGV et TER :

TGV « intersecteur » entre Amiens-Creil-CDG TGV et au-delà vers les grandes métropoles régionales (Lyon / Marseille / Bordeaux…),
TER Picardie entre Compiègne, Creil et CDG TGV, avec desserte des gares de Pont-Sainte-Maxence, Chantilly-Gouvieux (Oise) et Survilliers-Fosses (Val-d’Oise).

Roissy-Picardie répond à des enjeux de déplacements nationaux, interrégionaux et régionaux. Ses principaux objectifs sont :

raccorder une large partie de la Picardie au réseau à grande vitesse, facilitant ainsi les relations avec le reste du territoire national,
améliorer les déplacements quotidiens vers le pôle d’emplois de Roissy depuis le sud de la Picardie et le nord-est du Val-d’Oise,
développer l’intermodalité air-fer sur le pôle multimodal de Roissy et renforcer ainsi son attractivité,
préserver la capacité du réseau à grande vitesse grâce au maillage créé entre ce dernier et le réseau classique.

Suite aux recommandations de la Commission Mobilité 21, fin juin 2013, le gouvernement a confirmé le caractère prioritaire de la liaison Roissy-Picardie au regard de ses enjeux d’attractivité économique et de desserte plus efficace et plus sûre des territoires.

 
Financement

A ce stade des études techniques, le coût du projet est évalué entre 300 et 350 millions d’euros aux conditions économiques de 2011.

 
Echéance

La mise en service de la liaison Roissy-Picardie est prévue à l’horizon 2020. 

 
Le projet aujourd’hui : la finalisation des études en vue de l’enquête publique 

Le 30 avril 2013, le Ministre chargé des transports a retenu la proposition de RFF et du comité de pilotage à l’issue de l’étape 1 des études consistant à poursuivre les études sur la base de la zone de passage préférentielle « centre-nord » pour la ligne nouvelle et d’aménagements en gare CDG-TGV, du raccordement de la ligne nouvelle jusqu’au nord de la gare de Survilliers-Fosses et en gare de Chantilly-Gouvieux.

Suite à cette décision ministérielle, les études continuent et s’affinent en étape 2 en vue de préparer le dossier d’enquête publique. Au terme de cette étape en 2014, Réseau Ferré de France aura précisé les caractéristiques techniques, les incidences environnementales et les mesures d’insertion associées, les avantages économiques liés à l’aménagement du territoire et le bilan socio-économique du projet. 

Tous ces éléments seront présentés dans le dossier d’enquête publique. Les résultats d’études seront validés par une nouvelle décision ministérielle avant le lancement de l’enquête publique envisagée en 2015.


 

 Téléchargement

Imprimer
pic_floatgnw.gif
cor_gbtm.png
bg_topnav2.png
bg_topnav2.png
Le réseau vous transporte vers demain. 
Nous exploitons 29 273 kilomètres  de lignes sur lesquelles circulent chaque jour 15 000 trains de fret et de voyageurs. Nous innovons et investissons massivement dans la modernisation du réseau afin de développer le formidable potentiel du marché ferroviaire.